5 mars 2016

Antéchrista ~ Amélie Nothomb

Titre : Antéchrista
Auteur : Amélie Nothomb
Edition : Le livre de poche
Genre : Drame
Nombre de pages : 150
Prix : 5,10€


Résumé :
"Avoir pour amie la fille la plus admirée de la fac, belle, séduisante, brillante, enjouée, audacieuse ? Lorsque Christa se tourne vers elle, la timide et solitaire Blanche n'en revient pas de ce bonheur presque écrasant.
Elle n'hésite pas à tout lui donner, et elle commence par l'installer chez elle pour lui épargner de longs trajets en train. Blanche va très vite comprendre dans quel piège redoutable elle est tombée. Car sa nouvelle amie se révèle une inquiétante manipulatrice qui a besoin de s'affirmer en torturant une victime. Au point que Blanche sera amenée à choisir : se laisser anéantir, ou se défendre."

Avis :
Cela fait quelques temps que j'ai très envie de découvrir la plume d'Amélie Nothomb que les gens qualifient de très singulière. J'ai choisi ce roman parce que j'avais déjà lu "Respire" d'Anne-Sophie Brasme qui traite exactement du même sujet, et que cela m'intéresse énormément.
Cependant, je n'ai pas compris en quoi le style de l'auteur était particulier, peut-être que ce livre n'en était pas le plus illustratif.
L'intrigue en elle-même m'a énormément rappelé le livre dont je vous parlais précédemment, tout compte fait, il n'y a presque aucun élément qui change. Evidemment, le dénouement n'est pas le même : ici, même si la dernière phrase nous indique que tout n'est pas fini pour Blanche, le roman nous laisse une petite note d'espoir.
L'auteur fait très rapidement passer ses idées en une centaine de pages, elle ne laisse que ce qui est capital. Ainsi, l'intrigue est plus intéressante.
Le malaise qu'on ressent est probablement identique à celui que ressent Blanche : on s'attache donc très vite à elle, on a envie de l'aider. Christa (ou Antéchrista) nous semble inhumaine, horrible, vicieuse. Elle fait tout pour avoir ce qu'elle veut, être au centre de l'intérêt, puisqu'elle va jusqu'à s'approprier les parents de son "amie".

Citation :
"Je n'avais jamais vu s'allumer pour moi, dans l'œil d'autrui, la flamme qui seule console de vivre."

Note :
9/10