11 septembre 2016

Tornade ~ Jennifer Brown

Titre : Tornade
Auteur : Jennifer Brown
Edition : Albin Michel Wiz
Genre : Drame
Nombre de pages : 281
Prix : 14.90€







Résumé :
"C'est un jour comme un autre pour Jersey. Sa mère et sa fantasque petite sœur Marine partent pour le cours de danse. Encore à elle la corvée de préparer le dîner, étendre le linge. Et le temps est abominable, peut-être même une tornade à l'horizon. Mais Jersey n'a pas peur, elle connaît ça les tornades, elle en a déjà vu. Pour l'instant, elle savoure le calme : cette casse-pieds de Marine n'est pas là, sa mère ne peut lui faire aucun reproche. Quand tout bascule en quelques secondes : une tornade d'une violence exceptionnelle dévaste tout sur son passage, les maisons, les arbres, les routes, les gens. Réfugiée au sous-sol, Jersey est indemne à part des blessures légères. Dehors c'est une vision de cauchemar, des voisins blessés et traumatisés errent dans la rue jonchée de gravats et de débris. Et aucun appel ne passe, Jersey a beau appeler et appeler encore sur le portable de sa mère, impossible de la joindre..."

Avis :
J'ai beaucoup aimé ce roman, qui m'a fait passer par toutes sortes d'émotions différentes.
L'intrigue en elle-même peut paraître vue et revue, ou encore sans profondeur, mais au final nous suivons plus l'héroïne après la tornade que pendant. Celle-ci a dévasté toute une ville, mais pas tout un pays. Par conséquent, il s'agit plus un roman de survie intérieure que de survie contre "la fin du monde".
En effet, il nous arrive souvent d'associer les catastrophes naturelles à l'apocalypse finale : ici, ce n'est pas le cas. Plusieurs choix s'offrent à notre protagoniste pour son futur, certains moins réjouissants que d'autres.
Jersey est une jeune fille plutôt attachante, surtout par rapport à ce qu'elle vit et comment elle réussit à s'en sortir aussi dignement. Elle devient vite admirable par son courage et sa lutte pour rester elle-même, malgré la perte de ses repères.
J'ai beaucoup apprécié le contraste entre les personnages secondaires : la famille ingrate et horripilante qui ne compte absolument pas aider Jersey ; et la famille aimante et attentionnée qui fait tout pour que celle-ci puisse se reconstruire. Ainsi, le récit n'est pas si manichéen que ça, notamment grâce au panel de personnages proposé. Selon moi, cela reflétait plutôt bien la société : on peut aussi bien trouver des gens nonchalants et ingrats que des gens généreux et dévoués.
Pour tout dire, j'ai eu du mal à lire certains passages à cause de la méchanceté gratuite du père et de sa famille envers Jersey. Il n'y avait aucune scène violente ou choquante, mais j'ai trouvé intolérable que l'on dénigre une personne qui vient de perdre sa mère et sa sœur, qu'on la pousse à bout et qu'on lui jette à la tête "de toute façon ta mère c'était une merde, arrête de chouiner parce qu'elle est morte et de te plaindre parce que tu as perdu ta sœur chérie ; va donc laver la vaisselle tu sers qu'à ça, personne ne veut de toi ici". De voir autant de cruauté humaine, concentrée dans une seule maison, m'a vraiment ahurie et chamboulée.
Pour conclure, je conseille ce roman qui était très intéressant à lire, malgré certains passages un peu trop longs.

Citation :
"Maman avait raison, la famille n'avait rien à voir avec le sang. Mais tout avec le cœur. Or il n'y avait pas la moindre place pour moi dans le cœur de ceux qui vivaient ici. Les deux cœurs qui battaient pour moi étaient morts."

Note :
8/10