30 juillet 2015

Boys don’t cry ~ Malorie Blackman

Titre : Boys don’t cry
Auteur : Malorie Blackman
Edition : Milan Macadam
Genre : Young adult
Nombre de pages : 285
Prix : 12.50€







Résumé :
“Dante attend les résultats de ses examens. Le courrier qui lui ouvrira les portes de l'université. De sa future vie. Celle dont il a toujours rêvé.
Mais quand on sonne enfin à la porte, ce n'est pas le facteur, c'est Mélanie. Son ex-copine, dont il n'a plus entendu parler depuis des mois. Avec un bébé. Le sien.
Le leur.
Etre père à 17 ans ? Il y a de quoi pleurer.
Mais les garçons ne pleurent jamais…”

Avis :
Ce roman n'est pas le genre de livre vers lequel je me serai automatiquement tournée; mais FairyNeverLand (chaîne You Tube : https://www.youtube.com/user/FairyNeverland) en a parlé comme d'un immense coup de cœur et que ce livre faisait parti des livres qui ont “changé sa vie”.
J'ai donc décidé de me laisser tenter, en ayant tout de même un peu peur que ce livre soit un peu trop jeunesse pour moi.
Je n'ai absolument pas été déçue.
La première partie est très légère, on fait la rencontre de Dante et de sa famille. Plusieurs problèmes sont traités, comme la mauvaise entente entre le protagoniste et son père. J'ai beaucoup aimé leur dispute à propos d'Emma qui était très plausible.
Ce que j'ai surtout apprécié dans ce roman est le fait qu'on suive un jeune père qui doit élever sa fille sans la mère, alors que d'habitude on se préoccupe surtout de la mère. J'ai trouvé ce choix de l'auteur très intéressant et unique.
Ce roman traite aussi de l'homosexualité à travers le personnage d'Adam. Toute l'intrigue qui tourne autour de lui est très prévisible, mais elle reste très importante.
J'ai préféré la deuxième partie du livre puisqu'il y avait plus d'actions et qu'on se tournait d'avantage vers les autres personnages.
En résumé, c'est un très bon livre jeunesse qui parle de plusieurs problèmes actuels de manière assez légère par moment, mais aussi très sérieusement à d'autres.
J'ai aimé pouvoir suivre l'évolution de Dante au fil des pages : au début, il est très têtu et ambitieux, et ne veut pas s'occuper de sa fille de peur qu'elle l'empêche de faire les études qu'il a choisi. Mais, au fur et à mesure, il commence à l'aimer, et sa manière de voir les choses change totalement. C'est incroyable de se rendre compte à quel point l'amour paternel/maternel peut influencer les personnes.
Le rôle d'Emma dans l'histoire est magnifique, puisque ce n'est qu'un bébé, mais qui arrive à ressouder une famille qui ne l'était plus depuis longtemps.

Citation :
“Elle avait les yeux fermés, le visage tourné vers moi. C'était la première fois que je la regardais vraiment. Elle avait un visage tout rond, des joues potelées et une bouche rose, miniscule. Ses cheveux noirs encadraient son visage. On aurait dit qu'elle avait un bonnet de bain. Elle était chaude et immobile. Épuisée sans doute par les cris qu'elle avait poussés et les larmes qu'elle avait versées. Je ne sais pas ce que Papa attendait. Pensait-il que le simple fait de considérer cette chose allait me faire changer d'avis. Croyait-il que je me dirais d'un coup que cuire des steaks toute ma vie était finalement un petit prix à payer pour avoir la chance de chérir cette petite chose ? Éspérait-il que j'allais soudain mettre à l'aimer ?
Eh bien, ça ne marchait pas. Je ne ressentais rien.
Rien, hormis une peur dévastatrice.”

Note :
8/10