29 juillet 2015

Salmacis 2 : L'âme-soeur ~ Emmanuelle de Jesus

Titre : Salmacis 2 : L'âme-sœur
Auteur : Emmanuelle de Jesus
Edition : France loisirs
Genre : mythologique
Nombre de pages : 340
Prix : 16€







Résumé :
“Elle s'appelle Faustine Sullivan. Elle a dix-sept ans. Il y a quelques mois, elle vivait dans l'ombre de Sasha, son frère jumeau. Mais depuis sa rencontre avec Andrea Salvaggi, tout a changé. Faustine s'est découvert une nouvelle passion : l'escalade. Et elle l'a découvert, lui…
Leur amour aurait dû être simple, innocent, l'amour de deux jeunes gens qui ont la vie devant eux. Pourtant, ce qui unit Faustine à Andrea, c'est un amour dévorant. Un amour qui ne laisse pas de place à l'erreur.
Car une terrible malédiction frappe Andrea. Il ne peut aimer qu'une personne. Une seule. Si Faustine n'est pas son âme sœur, elle en mourra…”

Avis :
Ce dernier tome était largement à la hauteur des mes attentes.
L'intrigue est présente tout le long du livre, on ne peut plus le lâcher, tellement pressé de savoir la fin.
Malgré tout, l'auteur a réussi à la rendre surprenante. Il y a beaucoup de rebondissements et de changements de situation, ce qui est un réel point positif.
Le seul aspect négatif de ce roman selon moi est l'histoire d'amour. Je trouve qu'elle n'est pas assez développée, ne semble pas vraiment réelle. On ne doute pas des sentiments de Faustine, mais Andrea semble plus être amoureux de l'idée d'avoir enfin trouvé son âme sœur, plutôt que d'être vraiment amoureux de Faustine. Leur relation ne semble pas totalement réelle, ou du moins n'est pas assez présente.
Cette histoire reste tout de même magnifique et très bien trouvée. Ce deuxième tome ne sera pas un coup de cœur, mais ce roman mérite beaucoup de succès.
J'avais trouvé l'arrivée de Solal dans le premier tome inutile. J'ai tout de même changé d'avis, car, dans ce tome-ci, il joue un rôle assez important.
J'ai beaucoup aimé le rapport entre Faustine et Sasha qui a été très bien traité. On comprend l'importance qu'il a en refermant ce livre.
Enfin, j'ai apprécié la “révolte” des Proscrits, obligeant la protagoniste à se remettre en question. Même s'ils ne sont pas beaucoup présents dans l'histoire, grâce à leur franchise, ils lui rappellent qu'ils ne sont pas invisibles, et informe ainsi les lecteurs qu'ils ont aussi leur place dans ce roman.

Citation :
“- Ça fait comment quand… quand tu te changes ? Quant tu te transformes, enfin… Tu comprends ?
[…] - Ça va te sembler incroyable, mais la seule chose dont je me souvienne avec netteté, c’est la douleur. C’est véritablement atroce. Tu ne peux pas imaginer… Tu as envie de t’ouvrir le ventre en deux pour te débarrasser de ces entrailles qui te brûlent. Mais le pire, ce n’est pas ça. C’est cette impression horrible que mes peines, mes joies, tout ce que mes sens ont emmagasiné, me sont arrachés, comme des lambeaux de chair, un à un. Je le sens véritablement en moi… et après, ces souvenirs dont il ne reste rien, pas une bribe, sinon la certitude qu’ils ont existé, me manquent, comme des membres fantômes continuent de faire souffrir les amputés…”